Couillard et Barrette, un duo indéfendable 3,3 milliards en chiffre

Partagez sur les réseaux sociaux

Le 7 mars 2018 Par Richard Desrochers

Aussi bien retourner en médecine avec une bonne augmentation de salaire!

Si j’étais à la place de Barrette et de Couillard, c’est certain que l’idée me passerait par la tête. À eux deux et en cela en moins de quatre ans, ils ont carrément massacré le système de santé. Pire encore, c’est toute la communauté du personnel en santé qui en souffre. Or, on apprend que le somme donné aux médecins au fils des dernières années n’est pas de 1 milliard, mais bien 3,3 milliards. Un vol légal caché par des conventions secrètes et surtout indéchiffrables.

3,3 milliards en chiffre

Pour les voleurs en cravates, 3,3 milliards s’est vite dépensé. Cependant, pour tous les autres travailleurs, cela est absolument gigantesque. Ce vol de fonds public légal est de loin la source première de la dérive du système de santé québécois. Personnellement, je ne comprends pas cet « ’empiffrage »’ continuel et démesuré des fond public à des fins personnelle et partisane. Par exemple, pour une infirmière qui gagnait 65 000 $ il y a 10 ans gagnerait 131 022 $ aujourd’hui si elles avaient eu les mêmes augmentations accordées aux médecins. Pour les gens qui survivent avec le salaire minimum vous auriez droit aujourd’hui avec le même comparatif, un salaire de 16.13 $/h.

3,3 milliards en temps humain

Bien que la situation semble indéfendable sur toute la ligne, Couillard et Barrette continue leur politique partisane, mais oubli tout le mal qu’ils font aux systèmes de santé actuels. La somme de 3,3 milliards prive le Québec de se donner les moyens de traiter avec dignité les malades. Par exemple, sur une période aussi longue de 10 ans, 3,3 milliards représente 4889 infirmières de plus dans le système de la santé, 9429 préposés aux bénéficiaires. Pire encore, c’est 33 000 aidants naturels qu’on aurait pu aider à hauteur de 10 000 $/an.

Bref, une injustice, par-dessus une injustice. La seule chose à faire est de partager l’information et de ne pas se laisser abattre, les prochains acteurs au pouvoir auront peut-être plus de dignité.